22.07.2009

Des protections « maisons » mises en place à la fontaine de la place.

coursan protection fontaine.JPG

 

 

 

Les protections en place

Pas mal d'utilisateurs se plaignaient que les jours de grand vent, et il y en a beaucoup chez nous, il était impossible de faire le plein de sa bouteille sans prendre en même temps un beau bain de pieds. Conscient de se problème bien particulier , un employé du service technique de la ville a cherché et trouvé le moyen de régler le problème avec une invention maison. Avec des jantes de roues de voiture comme matériaux de base il a donc bricolé ces protections qui, une fois mises place et peintes de la même couleur que la fontaine , sont parfaitement intégrées à l'ensemble. Après une petite enquête il semble bien que ces protections soient efficaces et protègent bien les pieds.

Bravo donc à cet ingénieux employé pour cette solution efficace qui prouve bien que notre fontaine d'eau ferrugineuse fait toujours l'objet de soins attentifs   

 

15.07.2009

Les palmiers du parc Déodat-de-Séverac proprement emballés

Le groupe officiel.coursan traitement palmiers groupe.JPG

Face à un papillon particulièrement agressif la ville à pris des mesures pour protéger les 25 palmiers du parc de promenade.

L'année dernière déjà l'alerte avait été sérieuse et pas mal de palmiers avaient été détruits ou très abimés. Cette année la prévention est à l'ordre du jour et des mesures ont donc été prises pour éviter de perdre des arbres qui sont très décoratifs et assez nombreux en un même lieu puisque l'ont en dénombre vint cinq dans le parc Déodat-de-Séverac situé sur l'avenue Docteur-Férroul.

Bien qu'il n'existe a ce jour aucun traitement d'une efficacité totale et radicale, la riposte au « Paysandisia archon » s'organise et il existe des traitements préventifs qui peuvent donc éviter que la larve s'introduise dans l'arbre.coursan palmiers emballage.JPG

Il faut savoir que ce papillon originaire d'Argentine a été introduit en France accidentellement, ne s'attaque qu'aux palmiers et sa chenille de couleur blanche peut atteindre 8 cm de long et le papillon, quant à lui, peut avoir une envergure de 10 à 11 cm à l'âge adulte, ses ailes antérieures sont de couleur olive à bronze, ses ailes postérieures sont colorées avec des tâches noires et blanches sur fond orangé. Enfin ces larves sont introduites dans la partie la plus tendre des troncs de palmiers  et s'en nourrissent, ce qui provoque la perforation des palmes, des trous, le dessèchement des palmes et à terme le dépérissement des arbres. Une attaque des palmes ressemble à tir de mitraillette et les paillons passent très vite d'un arbre à l'autre.

Pour prévenir avant de guérir, la ville a donc décidé d'agir et c'est l'entreprise Accro cimes de Leucate spécialisée dans le travail en hauteur, qui a été chargée du traitement. Il faut en effet monter à la cime des palmiers qui sont parfois assez haut pour traiter avec un insecticide à base de diflubenzon, le Dimilin Flo avant de poser des filets de protection sur ces arbres ainsi traités pour empêcher une propagation aux arbres présents alentour et d'éviter d'avoir a retraiter, le produit n'étant actif qu'une quinzaine de jours. Cela a un coût et entre l'achat de filets (1076, 40 €), le traitement (197, 84 €) et la pose de filets par une entreprise spécialisée (956, 80 €), cette protection revient donc à 2 331,04€ pour vingt-cinq arbres traités. Mais il serait bien dommage de voir ces magnifiques palmiers très anciens partir en morceau et c'est donc pour cela que la ville a décidé d'agir.

coursan palme mitraillée.JPGLe jour du traitement, le maire, accompagné de la directrice des services techniques, de l'adjoint chargé des travaux et de l'adjoint chargé de l'environnement, a rendu une petite visite aux ouvriers qui étaient  à pied d'œuvre et ont donc emballé, fort joliment d'ailleurs tous les palmiers du parc Déodat-de-Séverac.

09.07.2009

Importants travaux de sécurité avenue Jean-Jaurès

coursan travaux groupe.JPG

Le groupe d'ouvriers avec les responsables.

Après la réfection complète de la voie , c'est la partie du feu à la salle polyvalente qui est mise en sécurité .

Depuis quelques jours déjà d'importants travaux de sécurité sont en cours d'achèvement sur l'avenue Jean-Jaurès. Il s'agit de la pose de potelets pour bien différencier les trottoirs de la chaussée et plus précisément dans le secteur compris entre le feu tricolore et la salle polyvalente.

L'objectif essentiel de ces travaux est d'assurer la sécurité des piétons sur un axe particulièrement fréquenté où les automobilistes ont une fâcheuse tendance à arriver assez vite. En effet cette partie de route dessert aussi la salle polyvalente, les stades, la piste de skatepark, la piste de bike cross, l'aire de loisirs de proximité sans oublier le cimetière de l'Ille. Sur cette partie des ralentisseurs sont déjà en place, un détecteur de vitesse vient d'être posé sur les feux tricolores  et il restait donc le problème des trottoirs que trop d'automobilistes confondent avec des parkings. Ces travaux répondent à plusieurs préoccupations comme celle d'un incivisme récurent et aussi celui de voir le nombre de véhicules augmenter ce qui fait dire au maire : « S'il faut même aller plus loin on le fera et on pourra même limiter la vitesse dans Coursan à 30 km/h . D'ailleurs des opérations de radar "surprise" seront mises en  place prochainement ! Les trottoirs c'est pour les piétons et non pour le voitures !»

Ce lourd chantier a été entièrement réalisé par les services techniques de la ville, de l'étude à la concrétisation. La complexité d'une telle entreprise, par son volume et par la diversité des matériaux à utiliser en fonction des supports, a conduit ces services à de nouvelles stratégies de travail. Globalement cela a permis d'emmagasiner de nouvelles expériences et de nouvelles compétences tout d'abord au niveau de l'étude et de la programmation du chantier avec « une approche millimétrée ». Ensuite au niveau de la réalisation où les services concernés ont pu se familiariser avec de nouvelles techniques de travail, que ce soit par la manipulation de matériel spécifique ou l'utilisation de nouveaux produits comme des scellements à prise rapide, expérience fort utile pour des nouvelles réalisations.

Enfin au niveau du travail en équipe, chacun, quel que soit son service, a fait un effort pour fournir un travail de qualité dans les délais impartis, dans le cadre budgétaire attitré le tout sous une forte chaleur.coursan travaux alignement de potelets.JPG

Dernier point important, tous les agents ont travaillé en essayent de perturber le moins possible la circulation dans des conditions de sécurité difficile . Le maire , la directrice des services techniques, Myriam Del'Azanvatta, accompagnés de Michel Grèze adjoint au maire délégué aux travaux, n'ont pas manqué de féliciter les agents lors d'une visite de chantier en fin de travaux. Ces derniers avaient déjà reçu des visites régulières de la part de Christian Gimenez et Alexandre Galiana, chefs de service qui avaient surveillé l'avancement régulier du chantier.

Le tronçon aménagé s'étend sur une longueur de 500 mètres et pas moins de 340 potelets ont été posés tout en respectant les nombreuses entrées de garages.  Hors main d'œuvre, cette réalisation a un coût de 20 000 €. Avec ces potelets, la pose de barrières sur l'autre partie de l'avenue et enfin l'aménagement de la place de parking réservée aux handicapés sur la place de la « bascule » où il est de plus en plus difficile de se garer, les travaux de cette importante avenue de la ville sont terminés. A noter enfin que dans les prochains jours d'autres réalisations identiques seront entreprises, notamment sur le chemin des Mailheuls, dans sa partie comprise entre la rue Ledru-Rollin et le CES, et ce pour sécuriser l'accès à l'école maternelle Danielle-Casanova.

03.07.2009

« Lou Nisadou » a fêté les parents

Coursan fete papas mamans crèche.JPG

Des cadeaux pour tous.

coursan fete papas mamans crèche papa.JPGPour une fois ce n'était pas la fête aux plus petits mais bel et bien les papas et les mamans qui étaient mis à l'honneur par les bouts de choux.

Certes le personnel de la crèche les a un peu aidé pour la confection de beaux cadeaux mais se sont eux qui ont remis ces merveilles à leurs parents qui se sont retrouvés, pour une fois à l'honneur. Mais même si certains papas (et mamans) étaient ravis d'être au cœur de la fête se sont toujours les enfants qui ont le dernier mot et c'est bien normal.

La ville a fêté les sportifs

coursan fete des sportifs public.JPG

Les responsables d'associations sportives.

Pour la deuxième année consécutive, une réception amicale a permis de mettre tous les sportifs coursannais à l'honneur.

C'est donc devenu une tradition qui s'installe doucement avec ce deuxième hommage rendu aux sportifs de la ville et à tous les animateurs, entraîneurs, accompagnateurs, bénévoles ou pas qui les accompagnent tout au long de l'année. Le but est de rendre hommage à tous en soulignant bien sûr les bons résultats de l'année qui sortent de l'ordinaire et à Coursan ils sont assez nombreux tout de même.

Coursan fête des spotifs officiels.JPGC'est Solange Izard, première adjointe et l'adjointe aux sports Christine Bousquet entourée de quelques conseillers municipaux, qui ont accueilli les représentants des associations sportives de Coursan. Ces associations sont assez nombreuses et on va donc les citer sans bien sûr détailler leurs performances car un article ne suffirait certainement pas. Il s'agit donc de la gymnastique volontaire, du judo club coursanais, de l'école de rugby et de l'entente Fleury-Salles-Coursan XV, des Flouranous, de l'espoir club Coursannais de foot, de Coursan pétanque et de l'école COCA de pétanque entente avec Cuxac, Ouveillan, Coursan et Argerliers, de l'Anquet, de l'UNSS du CES,  de la gymnastique Artistique Coursannaise, de l'Académie Training défense, du SOC basket,  du GSCN (Guidon Sportif Coursan Narbonne), , du foot MJC, du Hand Ball MJC, du volley MJC, de la randonnée pédestre MJC, de la boxe Thaï MJC, , du tennis MJC, mais aussi des sections qui ne pratiquent pas de compétition comme la natation MJC,  l'aqua Gym MJC, la gym d'entretien MJC et l'éveil sportif MJC.

Samedi soir, les conseillers municipaux se sont relayés pour dire quelques mots sur chacune de ces associations et souligner aussi les bonnes performances aussi bien individuelles que par équipes et elles sont assez nombreuses. Les citer toutes serait prendre le risque d'en oublier certainement mais on ne peut passer sous silence la grosse saison des basketteurs du SOC qui après une première saison en pré-nationale accèdent donc à la nationale 3 et ce pour la première fois de leur histoire. Le tennis MJC a fait aussi une belle saison avec ses deux tournois homologués et plusieurs titres et accède à un niveau qu'il n'avait  jamais connu.

Félicitations également à tous les champions départementaux individuels ou en équipes assez nombreux. Pour terminer les responsables municipaux ont mis l'accent sur les nombreux bénévoles qui permettent à tous ces sportifs de briller sur les stades et portent haut les couleurs de la ville.

coursan fete des sportifs J Aurey.JPGCette cérémonie s'est ensuite prolongée par un buffet partagé en toute convivialité, cela a permis à tous de se connaître mieux car en étant sur des stades différents certains ne se connaissent pas et une bonne discussion autour d'un verre fait parfois avancer bien des choses qui semblent bloquées dans des réunions.

02.07.2009

Coursan se dote d'un plan communal de sauvegarde

coursan plan de sauvergarde acteurs.JPG

Les acteurs de ce plan communal de sauvegarde.

La prévention et la sécurité des habitants en matière de risques d'inondation ou autres sont devenues une priorité pour l'état et les collectivités territoriales.

Notre commune est soumise à des plans de préventions des risques aux inondations depuis de nombreuses années. Afin de répondre mieux encore à  ces risques, qui n'ont jamais cessé de nous faire quelques frayeurs, les 15 communes de l'Aude concerné par le PPRI sont également obligées de créer et de renouveler tous les deux ans, un plan de sauvegarde. Ce dernier est un document de gestion, un guide pour intervenir. C'est une référence communale en matière de gestion de crise, il permet de se doter de moyens d'anticipation et il permet donc au maire de faire face aux premiers instants de crise.

Dernièrement, se tenait une réunion à l'hôtel de ville de Coursan avec tous les protagonistes pour la réalisation de ce plan de sauvegarde. L'étude est prévue pour durer neuf mois et se déroule en cinq phases. La ville de Coursan a déjà bien avancé sur le sujet car la réunion portait sur la troisième phase de ce plan.

C'est ainsi que Gilbert Pla, premier magistrat de la ville, Albert Solé, adjoint délégué à la protection civile et risques majeurs, les sapeurs-pompiers de la caserne représentés par le major Serge Maronda, le lieutenant Claude Gouze pour la gendarmerie, Florent Casado pour la police municipale, Pascale Portal, directrice générale des services, les services techniques, quelques autres conseillers municipaux, ainsi que les ingénieurs chargés des différentes études pour ce plan ont longuement débattu autour de la phase trois.

Cette dernière portait sur la diffusion et la formation avec notamment la rédaction d'un plan opérationnel à l'ensemble de l'équipe municipale et la mise en place d'exercices pour tester l'organisation (simulacre automate appel). La première phase de ce plan était articulée en trois étapes, l'analyse des aléas avec un recueil bibliographique, un travail de terrain (témoignages, axes d'écoulement...) et une analyse hydraulique (une carte par type d'aléa), l'inventaire des enjeux avec une localisation et un rangement des classes d'enjeux et une limites d'action (aucune partie règlementaire), le recensement des moyens humains, matériels et autres (identification des bonnes personnes et des bons moyens).coursan plan de sauvegarde intervenants.JPG

Les intervenants lors de la réunion 

La deuxième phase avec deux étapes dont la première très importante, la constitution de l'organisation de la gestion de la crise avec une réflexion sur les missions à accomplir et surtout la création d'une cellule de crise comprenant une cellule de commandement dirigé par la direction des opérations de secours (le maire, le cas échéant le préfet), une cellule de reconnaissance (situation de terrain), une cellule infrastructure (logistique, les services techniques), une cellule hébergement et une cellule transmission.

La deuxième étape toute aussi indispensable avec la création des fiches actions sous la forme de mémento (qui fait, comment ?), rédaction de procédures. La phase trois a été détaillée un peu plus haut. Enfin, l'étape quatre sera traité le 14 octobre prochain lors d'une réunion publique avec la mise à disposition de plaquettes d'information.

Le coût total du plan de sauvegarde est de l'ordre de 17 222 euros, il a été financé notamment par le conseil général (3 600 euros), le conseil régional (4 000 euros), l'Etat (8 000 euros), le reste étant pris en charge par la municipalité de Coursan. Bref, une réunion constructive. Ce plan communal de sauvegarde doit avant tout être un document vivant, il faut le mettre à jour et faire des entraînements réguliers. Car un plan restant au placard est voué à l'inopérationnalité.   

30.06.2009

Modification du POS et projet de zonage éolien au menu de la fin du conseil

Coursan Cadastre ZDE éolien .jpg

La zone de développement éolien (ZDE).

Le dernier conseil municipal d'avant l'été a aussi été l'occasion pour le groupe majoritaire de faire un mini bilan de son action.

Le point suivant du conseil municipal est assez d'actualité et nos voisins Cuxannais en sont déjà à l'étape suivante puisqu'ils certains d'entres eux contestent déjà un projet d'un parc près d'Aubian. Pour Coursan, on en est pas encore là puisque la discussion proposée au conseil concerne uniquement la définition d'une zone sur laquelle d'éventuels projets pourraient être étudiés. En effet après que le Grand Narbonne ait déjà défini un territoire en fonction des nombreuses contraintes et après plusieurs réunions publiques, il reste maintenant à chaque commune, qui garde le dernier mot en la matière, à définir sur son propre territoire, les zones éventuelles sur lesquelles un projet pourrait être implanté.

La commission d'urbanisme s'est donc réunie et a planché sur le sujet. Elle a défini un territoire en fonction des trois critères suivants : tenir compte des projets d'aménagements (ZAC des Seignes), garder des espaces agricoles et protéger les paysages. La zone définie de 3,5 km2 environ est située aux limites de la commune de Cuxac et de l'étang de Capestang, à l'ouest du domaine de Lastours et un secteur situé aux limites de la commune de Salles au lit dit « Bosc de Boni » au nord du domaine d'Auriac du Bosc. Cet avis émis ne constitue pas une autorisation d'implantation d'éoliennes mais un avis de zonage sur lequel les projets pourront être présentés.

Après ce point important pour lequel la carte exacte a été projeté aux conseillers, ces derniers avaient à se prononcer sur une modification du POS concernant l'instauration d'une obligation de création ou de conservation de places de stationnement à l'occasion de création ou de rénovation de tout nouveau logement. Après avis de la commission, les conseillers ont voté pour l'instauration d'une obligation de créer des places de stationnement et de fixer leur nombre à deux par logement crées ou aménagé (par tranche de 50 m²).

En suivant la commune a donné son accord à la participation à l'opération « Gâche pas ta vie »proposée par le Grand Narbonne qui consiste à la mise en place d'une navette de bus pour que les jeunes puissent se rendre sur le littoral. Le conseil a ensuite procédé au tirage au sort des jurés d'assises et les personne suivantes ont été tirées au sort : Michèle Denarneau, Roseline Aussillous, Didier Serres, Cyril Perrelo, Véronique Sarzy, Valérie Maugard, Bernard Plourel, David Detrichat, Laure Daguesle-Riguier, Julie Dyverchi et Madeleine Guichard. Le conseil a ensuite voté les deux derniers point a savoir le rapport de synthèse sur la qualité de l'eau qui s'est avéré correct et le compte-rendu annuel de la concession gaz qui est également correct avec le nombre d'incidents ou d'accidents et d'appels de tiers en diminution.