10.01.2015

Une année 2014 moyennement pluvieuse

Une année 2014 moyennement pluvieuse

Aude au raz des quais juste après le pont 

Malgré quelques épisodes en septembre et surtrout novembre ont est dans la moyenne des dix dernières années

En ce mois de janvier où règne en maître le soleil, le verdict des relevés des « grenouilles » Coursanaise est assez éloquent pour évoquer une année de pluviométrie moyenne sur notre ville. Il faut toujours préciser que ces amateurs  qui relèvent  très méthodiquement la pluviométrie au fond de leur jardin, ne sont donc que des passionnés et que , bien sur, leurs donnés pourtant très précises, ne peuvent pas remplacer celles des professionnels dans des centres spécialisés. Mais ces chiffres ont le mérite d’être relevés toujours de la même façon aux même endroits  et peuvent donc, comparés d’année en année , nous donner des indications assez précises sur ce qu’il est tombé comme eau sur notre commune. On remarque tout d’abord que pourtant distant que de un kilomètre les deux points de relevés des « grenouilles » donnent pratiquement les mêmes chiffres et c‘est bien pour cela que nous allons parler que d’une seule voie . Sur l’année 2014 il est tombé 590  mm  et c’est donc une année moyenne puisque cette dernière pour les dix dernières années à 591,0 mm . Les 3 ° et 4 ° trimestres il est tombé exactement 212 mm soit la même quantité qu‘en 2013 ce qui donne 49 mm par mois. Par contre les mois de septembre et novembre avec respectivement 137 et 179 mm ont étés particulièrement pluvieux.  

La mer déchainée en novembre

Une année 2014 moyennement pluvieuse

 

Et a eux deux avec 316 mm, ils représentent  53,66 % de la pluie de l’année et c’est bien le deuxième semestre qui cumule 72 % de l’année.. Enfin le mois le moins pluvieux à été octobre avec seulement 4 mm et celui qui a remporté la palme du plus pluvieux est celui de novembre avec 179 mm . Voilà donc ces chiffres bruts et si le mois de janvier commence sans pluie , on ne va pas s’en plaindre , mais l'eau même s'il en faut ,quant elle tombe en quantité rapidement,  fait aussi de gros dégâts on l'a bien vu pas loin de chez nous et on a une pensée pour tous ceux qui ont étés sinistrés

Un jardin Coursanais envahi par Aude

Une année 2014 moyennement pluvieuse

11.01.2014

Une pluviométrie assez moyenne en 2013 pour Coursan

 

Une pluviométrie assez moyenne en 2013 pour Coursan


L'inondation des 1, 2 et 3 mars 1930

 Heureusement que deux mois assez arrosés ont évité une sécheresse

Comme tous les ans depuis maintenant pas mal de temps, les « Grenouilles «  locales »   ont rendu leur verdict et ce , peu après la nuit du réveillon. Elles ont en effet a pied d’ouvre toute l’année et leurs relevés qui ne sont , encore une fois , pas officiels, mais très près du terrain , permettent de se faire une idée précise des précipitations qui sont tombées sur notre ville en 2013 . C’est en tout cas une véritable passion qui demande beaucoup de travail journalier et de minutie que de relever tous les jours le niveau du pluviomètre et ensuite de l’inscrire sur un cahier et enfin le comparer avec les autres années et tirer quelques conclusions le plus souvent très pertinentes.   Une pluviométrie assez moyenne en 2013 pour CoursanToujours est t’il que 2013 ne restera pas comme une année très arrosée puisqu’elle arrive en 8 ° position depuis 2000 avec seulement 570 mm, 2005 restant la plus arrosée avec 811 mm . Certes beaucoup de Coursanais  ne s’en plaindront pas car on aime bien le soleil même s’il faut bien reconnaître que il faut aussi de la pluie pour un bon équilibre de la nature.  La pluviométrie de 2013 n’a pas compensé le sécheresse de 2012 où le chiffre de 361 mm sur l’année avait été anormalement bas. Mais les mois d’avril avec 108 mm et celui de mars avec 177 mm sont venus alimenter en eau les nappes mais restent toutefois loin des records des mois de janvier 2004 où il était tombé 314 mm ou novembre 2005  où 247 mm d’eau étaient venus arroser notre ville. Bien sur cette année moyenne en précipitation a permis a Dame Aude de ne pas faire des siennes et seule une petite « Audenque » le jeudi 7 mars est venue rappeler le passé très « inondé » de Coursan  comme sur cette vue de 1930 où l’eau avait atteint un bon niveau sur la départementale (au niveau du début du parking de super U) où , il est vrai la route était bien plus basse.          

Une pluviométrie assez moyenne en 2013 pour Coursan

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                      

09.05.2013

Un mois d'avril bien pluvieux

coursan année 30.jpg

Il avait bien plu en 1930
 
Si le soleil est enfin revenu même si le très beau temps tarde a venir complètement il faut bien reconnaître que le mois d'avril fut assez pluvieux et ce ne sont pas les observations minutieuses d'une des « grenouilles » Coursannaises qui vont dire le contraire. En effet il est tombé en avril 108 mm d'eau avec même 13 jour de pluie (au minimum 2mm)  ce qui donne un total depuis le premier janvier de  328 mm. Quant ont sait que sur l'année 2012 il est tombé 361 mm ont se doute bien que en décembre ce total devrait être donc pulvérisé. La faute a ce mois d'avril qui un des plus pluvieux puisqu'il faut remonter en avril 2009 pour trouver mieux avec 167 mm et plus loin en avril 2004 avec 156 mm. C'est de toute façon un avril très mouillé car la moyenne sur ce mois est de  63 mm et ont était donc largement au dessus. Il faut désormais espérer que le moi de mai sera beau car s'il est bien parti , le nuages sont toujours là et la chaleur tarde a venir et pour des personne shabituées au soleil, la belle luminosité manque une peu.

04.01.2012

Un magnifique arc en ciel

Un magnifique arc en ciel

Un magnifique arc en ciel au dessus de la zone
 
Les arc en ciel sont assez rares aussi quant un surgit au dessus de Coursan il faut vite l'immortaliser. Il faut rappeler que un arc-en-ciel est un phénomène optique produit par la réfraction, la réflexion et la dispersion des radiations colorées composant la lumière blanche du Soleil par les gouttelettes d'humidité présentes dans l'atmosphère. Il contient un dégradé de couleurs recouvrant toutes les teintes, sauf le magenta .On peut observer l'effet d'un arc-en-ciel toutes les fois où il y a de l'eau en suspension dans l'air et qu'une source lumineuse (en général le Soleil) brille derrière l'observateur. Les arcs-en-ciel les plus spectaculaires ont lieu lorsque la moitié du ciel opposée au Soleil est obscurcie par les nuages mais que l'observateur est à un endroit où le ciel est clair. Un autre endroit commun où l'on peut voir cet effet est à proximité de chutes d'eau. A coursan ce n'est pas près d'une chute d'eau mais au dessus de la zone que ce cliché à été pris.
 

19.03.2011

»L'endenque«est passée sans trop de dégâts

coursan déversoir Passolis.JPG

 Le déversoir du Passolis

Commencé dès samedi l'épisode pluvieux , c'est poursuivi lundi avec une petite accalmie dimanche , une partie de la journée avant de recommencer de plus belle lundi et mardi. Bien sur l'Aude a presque aussitôt gonflée car il pleuvait un peu partout sur le département. La cellule de crise municipale , dirigée par le maire ,qui est activée dès que la côté d'alerte est atteinte , a donc été mise en place mardi dans la matinée et était encore active mercredi soir. Si au niveau du pont de Coursan le niveau reste stable car l'Aude déverse au Prat du Raïs , en suivant par le chenal de dérivation et au niveau du canal de grand cellule de crise inondations 15 mars 2011.JPGVignes (déversoir de Passolis) , petit à petit la plaine se remplit et l'eau a commencé a revenir de Narbonne par le côté du rivage haut ,notamment et sur d'autres points , entourant et isolant quelques campagnes . Au niveau du capteur de Moussoulens , le débit était hier matin de 1 400 m3/S (5, 7 m environ) alors que lors qu'une crue normale il est a 1200 ou 1300 m3. A titre de comparaison le niveau relevé à Mossoulens le 13 /11 /1999 était de 7, 57 m et de 6, 6 m lors de la crue du 29 janvier 2006. Ces deux crues , coursan chenal de dérivation.JPGavec  celle du 10 janvier 1996 sont cité en référence sur le site internet de VigieCrues (Etat) et  mercredi matin le niveau de l'aude était encore classé orange avec des hauteurs élevées. En effet maintenant ,grâce aux capteurs placés à Cuxac, et les deux de Coursan (pont et Arminis) et les autres à Moussoulens, ont peu suivre presque en direct l'évolution des cours des basses plaines sur ce site internet de Vigies crues qui a été très fréquenté ces derniers jours. 
Toujours est t'il que celà a donné mardi une bonne partie de la journée et bien sur le soir à un nombre assez important de « badaïres » au bord d'Aude sur la barque , au pont, et au déversoir de Passolis. L'animation était certaine et entre les nouveaux Coursannais trés inquiets de voir l'eau au ras du quai et les Coursannais qui en ont vu d'autres et ne s'affollent pas , les commentaires vont train. Mais ce qui est sur c'est que l'affoilement et l'effet de catastrophe amplifié par des rumeurs complètes loufoques , pour en pas dire autre chose, contrastent avec le calme et la sûreté des autorités  qui connaissent et maîtrisent la situation et qui sont les seul aptes à avertir la population et cas de risque plus grave . Certes une « endenque » est toujours dangereuse et peu provoquer des peurs légitimes , mais de toute façon s'affoller ne sert à rein et il faut faire confiance à nos instances qui commencent à connaître ce type de risques au vue du nombre d'inondations subies.

 

  

31.10.2010

Quand une partie de son jardin part avec les eaux de l'Aude, la peur s'installe

Coursan rivière Mme Abdeli..JPG

Mme Abdeli montrant le trou.

Si la dernière crue de l'Aude du 11 octobre dernier a affolé bien des personnes un peu prématurément parfois, elle n'a pas fait de gros dégâts apparents. Mais à chaque fois que les eaux se retirent il y quelquefois des surprises car l'Aude entraine vers la mer souvent une partie des berges là où elles ne sont pas consolidéescoursan rivière trou.JPG. Si de gros travaux ont été fait au niveau des berges du chemin de l'Ille par exemple avec des gabions et le traitement de la végétation, d'autres ont été fait également entre le pont de la départementale et celui du chemin de fer sur la rive gauche qui est pratiquement sécurisé.

coursan rivière berges très près de la maison.JPGMais les berges gauches après le pont du chemin de fer et la dernière maison juste avant le chenal de dérivation à la sortie de la ville en allant sur Cuxac sont elles en bien mauvais état et la dernière « endenque » de début octobre a fait des dégâts et aurait bien pu provoquer un drame humain. En effet la dernière maison juste en face de l'emplacement du vide-grenier, a eu une partie de son jardin qui est partie avec les eaux. Quand elles se sont retirées le mardi soir, elles ont laissé un trou béant énorme au bord duquel est planté un gros arbre qui menace d'emporter le reste à chaque fois que le vent se lève. La maison appartient à M. et Mme Abdeli Miloud qui vivent là depuis plus d'une dizaine d'années avec leur fils Karim qui est handicapé et ne se déplace que sur un fauteuil roulant.

Comme l'explique Mme Abdeli, « quand nous sommes arrivés les berges étaient à trois ou quatre mètres de la maison et tous les ans à chaque inondation la rivière en emporte un peu plus et maintenant la pente débute presque au ras de la maison » . Le lundi soir quand l'eau était au maximum, elle et son mari ont bien vu qu'une bonne partie du jardin, heureusement assez loin de la maison, bougeait et quand un arbre est tombé, Miloud s'est avancé un peu et est tombé à l'eau. Heureusement l'homme a réussi à remonter sur la terre ferme et sur les conseils des pompiers, il sont allés passer la nuit chez un proche à Narbonne laissant très difficilement leur maison vide.

Le lendemain quand l'eau a commencé à se retirer, ils ont découvert horrifiés le grand trou béant et ont pris peur surtout avec le grand arbre qui soulève la terre à chaque coup de vent . Mme Abedeli a téléphoné plusieurs fois et a enfin pu avoir M. Aval du SMDA (Syndicat Mixte du Delta de l'Aude) qui s'est immédiatement déplacé. Ce dernier a constaté avec inquiétude les dégâts et est revenu rapidement avec des techniciens. Vendredi, vont revenir couper l'arbre menaçant car il est très haut et est planté très près du trou et sécuriser un peu les lieux. Ils ont pris contact avec le maire et rapidement une réunion se tiendra en mairie de Coursan avec tous ces habitants concernés du pont du chemin de fer à la sortie de la ville pour les informer de ce qu'ils comptent faire. Des travaux seront entrepris courant 2011 mais ces derniers s'avèrent difficiles car l'accès aux berges n'est pas évident et cela demande donc mure réflexion et aussi des financements.

La réaction rapide et responsable des techniciens du SMDA, tout à fait conscients du problème, a rassuré M. Mme Abedeli Mais la peur reste présente à chaque fois que la rivière monte et ce trou béant qui a bien faillit emporter son mari et qui a tout de même emporté une partie de son jardin, lui rappelle que le danger rode. En effet cette maison ne possède pas de sortie sur la route et pour sortir il faut passer par le jardin, et donc près des berges, ce qui peut s'avérer dangereux si à chaque inondation une partie repart avec les eaux.

15.10.2010

« L'Endenque » et la pluie sont passées sans soucis majeurs

Coursan inondation Passolis ok.jpg

Le déversoir du Passolis est entré en action.

Commencé dès vendredi, l'épisode pluvieux s'est poursuivi jusqu'à mardi matin et les Coursannais, qui n'avaient pas vu d'inondations de ce niveau depuis un an et demi se sont précipités en nombre sur le pont, les berges de la barque et le Passolis (départ du canal de Grand Vignes). Il est tout de même tombé 220 mm d'eau entre dimanche et lundi. Notre grenouille a même relevé, 191 mm le dimanche ce qui correspond à un record absolu puisque le dernier record datait de novembre 2005 avec 180 mm en seul jour. (source Grenouille Coursannaise N° 1).

Coursan inodation le canal de grand vignes.JPGCoursan inondation canards ok.jpgIl fallait voir lundi soir, le va-et-vient incessant de voitures et de passants qui, appareil photos en main, était venu au chevet de dame Aude et les canards de la barque n'avaient jamais vu autant de monde pour les admirer et il est d'ailleurs dommage que pas grand monde n'ait pensé à leur donner à manger. Cet affolement a fait doucement rigoler pas mal d'anciens notamment à la barque, qui se sont souvenus de niveaux largement supérieurs et il manquait encore plus d'un bon mètre pour que ces derniers se fassent vraiment du souci.

Les énormes troncs que charriait l'Aude a fait repenser au temps des « cercles » que maniaient avec dextérité les anciens qui « pêchaient » du bois pour se chauffer, même si parfois l'exercice pouvait s'avérait dangereux. Il est vrai que pas mal de Coursannais, surtout les nouveaux, ne sont pas habitués à voir le niveau de l'Aude aussi haut surtout quand on le voit aussi bas pendant de longs mois. D'ailleurs pour terminer sur ce registre un certain affolement parfois assez déraisonné, s'empare d'une partie, heureusement infime de la population, affolement qui est certes, compréhensible mais qui affole même si le principe de précaution est parfois utile pour éviter quelques imprudences.

En effet à chaque fois que l'Aude monte et atteint des niveaux qui peuvent s'avérer dangereux, une cellule de crise se met en place à la municipalité de Coursan et elle gère les risques, surveille, le niveau en collaboration étroite avec la préfecture et les services de secours et est enfin apte a prévenir les habitants concernés par la montée des eaux grâce notamment au service spécial qui prévient rapidement par téléphone. Bien sûr le CES des Mailheuls a été évacué mais ce n'est que par mesure de précaution car la route de Cuxac et d'Ouveillan avait été coupée car l'Aude était passé au dessus du déversoir du « Prat du raïs »aux alentours de 18 h. Quelques minutes plus tard c'était au tour du Canal de Grands vignes de se remplir par l'intermédiaire du déversoir du Passolis. Ce dernier n'a jamais été complètement plein puisque la rivière a commencé à stabiliser son niveau même si elle continuait à monter très doucement . Après plus de deux heures de stabilisation, Audax a commencé tout doucement aussi à redescendre et le mardi matin, son niveau était déjà en dessous du déversoir du Passolis et ont commençait à apercevoir le début des lunes du pont.

Episode spectaculaire mais pas dangereux cette fois mais l'histoire des inondations nous rappelle sans cesse que le risque zéro n' existe pas et que si l'Aude semble même durant quelques années, un fleuve tranquille , elle reste imprévisible, très difficilement domptable et les basses plaines de l'Aude restent soumises aux violents caprices du fleuve même si les grands travaux entrepris sécuriseront certaines zones très sensibles.