28.02.2015

Sécurité et médecine , deux atouts Coursanais du Dakar 2015

 

Sécurité et médecine ,  deux atouts Coursanais du Dakar 2015

 

Gérard Grau,  à Droite et Thierry Coron

 

Sécurité et médecine ,  deux atouts Coursanais du Dakar 2015

L'intérieur du PC sécurité 

 

Gérard  Grau , pompier et Thierry Coron anesthésiste étaient sur les 13 étapes du rallye mystique

Depuis déjà maintenant 10 ans le Coursanais Gérard Grau, capitaine de pompiers en poste à Carcassonne « fait » le Dakar dans le PC de sécurité  comme responsable des communications radio . Cette année s’il n’a pas croisé de concurrent Audois il a eu la surprise d’effectuer son périple à travers  l’Argentine depuis Buenos Aires , le Chili, la  Bolivie et arrivée à Buenos Aires après plus de 9 000 km avec un autre Coursanais le docteur anesthésiste Thierry Coron.  Mais le Dakar étant une immense machine de plus de 2 500 personnes qui se déplace très vite tous les jours avec un nombre très important de voitures, motos, camions, avions hélicoptères et depuis peu de drones , les deux hommes ne se sont croisés qu’une fois sur la course elle même. Ils ont plus de temps pour discuter à Coursan que sur les 15 jours de l’épreuve qui ne laisse que peu de temps de libre surtout à des hommes comme eux responsables de la sécurité et médecin au sein de l’hôpital de campagne  .

 Gérard Grau à côté d'un petit monstre

 

Sécurité et médecine ,  deux atouts Coursanais du Dakar 2015

 

Si Gérard Grau le pompier est connu des Coursanais car pour la dixième année on lui consacre un reportage, il en est pas de même pour Thierry Coron qui réside pourtant à Coursan depuis déjà plus d’une dizaine d’année et exerce son métier à la polyclinique Le Languedoc à Narbonne . Il est vrai que même très agréable et pourtant assez bavard , l’homme est discret . C’est à cause de son engagement depuis 5 ans comme médecin sur la plus grande course cycliste du monde qu’est le tour de France que l’équipe du Dakar à fait appel à lui à travers la directrice médicale Florance Pommerie et le directeur logistique Gourand Assathiany.  Durant les 13 étapes il a travaillé au sein d’un hôpital mobile avec près de 80 personnes dont 25 médecins. Son envie de connaître autre chose lui a fait accepter ce défi qui lui a fait connaître le stress quasi permanent du lever du jour au coucher du soleil avec plus de 150 consultations par jour avec beaucoup d’hyperthermie, sous la chaleur en ne dormant que 4 à 5 h nuit. Par rapport au tour la différence physique est énorme , le travail plus intense dans des conditions assez difficiles mais l’homme a apprécié aussi les rapports humains dans une épreuve où tous sont solidaires. Ce qui est sur c’est que nos deux Coursanais, Gérard et Thierry devraient se retrouver , c’est déjà sur pour le premier et Ok pour le second si on l’appelle,  pour l’ édition 2016

Un accident très sécurisé 

Sécurité et médecine ,  deux atouts Coursanais du Dakar 2015

"Petito ajudo fa grand bé" 

Sécurité et médecine ,  deux atouts Coursanais du Dakar 2015

Les commentaires sont fermés.