19.01.2014

La rue Anatole France en travaux

La rue Anatole France en travaux

Les travaux ont débutés

Dans le cadre des réunions de concertation avant travaux, la Ville de Coursan a réuni début janvier les riverains de la Rue Anatole France (Ou chemin de la Peige). Ces travaux réalisés par la communauté d’agglomération du Grand Narbonne seront entrepris en déjàn débuté depuis quelques jours. Ils concernent le remplacement des conduites d’eaux usées, d’alimentation en eau potable, ainsi que des compteurs. Par la même occasion et conformément à la loi sur l’eau il sera procédé au remplacement de tous les branchements en plomb. Dans le détail, ce sont 146 mètres de réseaux qui vont être intégralement remplacés, en diamètre 200 mm (et en grés) pour l’assainissement et en diamètre 100 mm (et en fonte) pour l’eau potable. Parallèlement tous les 19  branchements individuels seront changés tant pour les compteurs d’arrivée d’eau potable  que pour les boîtes de raccordement d’eaux usées.

Pendant la durée des travaux, les habitations seront alimentées provisoirement par des conduites aériennes calorifugées. Les travaux qui ont démarré le 6 Janvier par les carottages sont programmés pour une durée de 7 semaines. Ils vont se réaliser sur une demie voirie afin de permettre les accès tant aux riverains qu’aux usagers des écarts desservis par cette artère. Les riverains ont répondu présents en grand nombre à la réunion d'information au cours de laquelle des réponses précises ont été apportées à leurs légitimes interrogations, notamment pour le passage des gros engins. Cette rencontre  débat était animée par une représentante du Grand Narbonne, le bureau d’étude Gaxieu, la société Cathar (attributaire du marché) et les deux adjoints en charge des travaux, M. Guy Marsotto et M. Michel Grèze. A noter que prochainement, c’est la rue de la Paix qui bénéficiera des mêmes travaux. Pour ces 2 chantiers l’investissement du Grand Narbonne est  de l’ordre de 250 000 €.

La rue Anatole France en travaux

 

 

Les commentaires sont fermés.